Les actus

Juste des Corps – Journée internationale des Droits des Femmes

Chroniques littérature / Littérature / 05/03/2015

journée_femme

Photo: ONU Femmes/Fernando Bocanegra

Pour cette Journée internationale des droits de la Femme, organisée par les Nations-Unies, BONESCOPE a invité des blogueuses à partager leur point de vue sur la condition des femmes dans notre société, les médias ou les réseaux sociaux.

MrsTasker a été la première à accepter notre invitation et voici ce qu’elle a écrit :

C’est difficile d’être une femme. Même dans notre cher pays qu’est la France. Bien que l’on soit assez bien garnies par rapport à d’autres pays, notre territoire est cependant loin d’être le meilleur endroit pour la gente féminine. Alors tous les jours on encaisse, on fait avec ce monde froid dominé par les hommes.

On va pas parler de la place de la femme dans le quotidien familiale ou professionnel qui est plus que lamentable, attardons nous plutôt sur des choses plus futiles pour la plupart des gens. Les médias et le cinéma. Un monde qui peut avoir son importance quand il nous passionne. Le cinéma est un art captivant, avec ses artistes qui le sont tout autant, des hommes, des femmes, surtout des hommes en fait. Les femmes sont là, bien évidemment mais les conditions pour participer à ce joyeux monde n’est pas le même pour elles. Si vous faites bien attention aux films que vous regardez (des fois il suffit juste de voir la bande annonce), la plupart d’entre eux dévoilent généralement une femme, dénudée ou super sexy, personnage secondaire, qui sera amoureuse ou qui existera essentiellement grâce à un acteur. Et si elles sont au premier plan c’est pas toujours pour jouer les Erin Brockovich.

Un exemple : le « Jeune et Jolie » de François Ozon qui a fait sensation à Cannes. Le film a eu une majorité de critiques positives, les cannois étaient en émois devant le film. Quel courage de filmer une jeune fille qui se prostitue pour le plaisir, parce qu’en fait la jeune fille n’en a pas besoin. Le pire, c’est quand son réalisateur a affirmé : »Je pense que les femmes peuvent vraiment être connectées à cette fille (Isabelle, l’héroïne du film, jouée par Marina Vacth), parce que beaucoup de femmes fantasment de se prostituer. Ce qui ne veut pas dire qu’elles le font, mais être payé pour une relation sexuelle est quelque chose de patent dans la sexualité féminine.» Voilà, grand connaisseur des femmes qui a vraiment du être étonné si le procès Carlton est venu jusqu’à lui. Les critiques n’ont pas vraiment parlé de ses propos, cela n’a choqué personne en gros. Ozon est un réalisateur formidable. Des millions de femmes se sentent insultées, pourquoi s’en préoccuper ?

Remarquez, la place de la femme dans un film ne fera jamais changer un critique d’avis. Le critique n’a que faire des rôles inintéressants que les auteurs/réalisateurs proposent aux femmes. Si la plupart sont placées comme des objets sexuels et que ça ne rend pas le film pertinent ou plus intelligent qu’un autre, le critique ou le spectateur s’en moque éperdument. La femme est en quelque sorte à sa place. Beaucoup d’oeuvres font juste le buzz sur les filles dénudées, comme Spring Breakers ou Sucker Punh à l’époque. La moitié du public en salle est féminin. Les auteurs ne savent pas s’adresser à elle tout simplement, ces gens ne savent pas écrire des rôles féminins sans en faire des amazones assoiffées de sexe. Récemment, Scorsese a fait un beau score au box-office avec le Loup de Wall Street. C’est très bien de faire voir de quoi est faite la vie du héros, dont le sexe facile, mais le rabâcher pendant une heure et demie devient gênant si on est une femme. La première partie fait voir des femmes qui se font prendre un peu dans tous les sens, elles ne servent qu’à ça. En tant que fan de cinéma, on peut trouver ça dégradant et être déçue du résultat et arrêter de regarder le film rien que pour ça. En 2014 on aspire à voir autre chose au cinéma.

C’est difficile d’être une femme quand on se connecte sur les réseaux sociaux. Les médias (compte de magazines etc) ou les internautes hommes s’amusent à vous filer des complexes à longueur de journée. Déjà qu’avec le cinéma on sait qu’on est des « corps » avant tout, les médias suivent et c’est très triste. « Regardez le décolleté de … » « Regardez l’actrice somptueuse dans sa robe … » « … est plus sexy que jamais regardez ». Sexy. Sexy. Sexy. Une femme qui serait mise en avant pour avoir trouvé le vaccin contre une maladie mortelle aurait plus de réflexions sur ses seins que le reste. Malheureusement les hommes suivent la tendance des médias en postant régulièrement des photos de femmes à poil, ou topless, juste pour le plaisir. Elles sont plus intéressantes que les physiciennes. Etre une femme c’est se confronter tous les jours à une image de physique parfait. Elles sont toutes maquillées et habillées par les plus grands professionnels, mises en valeur avec la lumière et on en passe. On a du mal à faire le poids avec notre slim et notre mascara acheté au supermarché. Mais on doit faire avec. Ces hommes se pensent seuls au monde en nous martelant leurs idées de femmes parfaites/sexy.

Pour finir sur une note positive concernant le cinéma, il y a bien longtemps des réalisateurs ont osé mettre des personnages féminins dans leurs films d’action. Ce qui a donné des oeuvres influencées par ses derniers. Il y a les série télé aussi. Beaucoup proposent des rôles intéressants pour les femmes, d’ailleurs il y a moins de barrières sur l’âge ou le physique, elles font humaines, ça change. Au cinéma la Franchise Hunger Games cartonne et c’est tant mieux. Quand on est une femme, on aime bien regarder des films qui nous font sentir bien dans notre peau, comme Bliss de Drew Barrymore ou Erin Brockovich de Steven Soderbergh. Le problème est qu’il y en a trop peu. On a envie de sauver le monde ou d’être des génies sur le grand écran. Pas la première venue que Ben Affleck se tape. Peut être qu’un jour tout cela sera un mauvais souvenir, les générations futures nous blâmerons d’avoir traité la femme ainsi dans les médias ou au cinéma. En tout cas, c’est mal parti pour la prochaine.

N’hésitez pas à partagez vos impressions sur ce vaste sujet ou à envoyer un message directement à MrsTasker sur twitter en cliquant ici : MrsTasker

 

Enregistrer


Étiquettes : , ,

bOne

Fondateur de Fiction Pulp, graphiste, illustrateur et écrivain amateur visite les mondes imaginaires depuis 1977 et rêve depuis de moutons électriques, de planètes désertiques et d'elfes sylvains.




Previous Post

Enquête : Les femmes et Hollywood

Next Post

Ralph McQuarrie l'autre père de Star Wars





0 Commentaire


tu as une question ou un commentaire ?


pour aller plus loin

Enquête : Les femmes et Hollywood

Quand on pense "femme" et "Hollywood" on pense à Marylin Monroe, Lauren Bacall, Jennifer Lawrence ou Scarlett Johansson....

15/01/2015