Les actus

BONESCOPE recommande : Après la pluie (Ame Agaru)

Chroniques ciné / Cinéma / 20/06/2014

Après la pluie

Ihei Misawa, un Ronin (samouraï sans seigneur) et sa femme Tayo se retrouvent bloqués dans une petite auberge au bord d’une rivière en crue. En attendant que la pluie cesse, les clients apprennent à se connaitre. Tiraillé par son besoin d’argent, Ihei finira par quitter l’auberge à la recherche de maitres de dojo à affronter…

Cette sobriété dans les rapports des personnages, dans le rythme et dans la mise en scène apporte un charme indéniable au film.

Voici un film japonais qui a faillit ne jamais exister… Il était développé à l’origine par le maitre du cinéma japonais : Akira Kurosawa. Seulement celui-ci est décédé quelques jours avant le début du tournage. C’est finalement grâce a son assistant de longue date, Takashi Koizumi, que le film a finalement pu être tourné. On aurait pu craindre que le résultat soit bâtard hésitant entre la patte du maitre et celle de son assistant, mais c’est l’inverse qui se produit : Le film est un bijou ! Graphiquement tout d’abord, l’image du film est somptueuse que ce soit en extérieur où dans l’intimité de l’auberge. Humainement ensuite car les personnages rencontrés tout au long du film ont l’air authentiques et simples.

Après la pluie est ce que l’on appelle un Chambara, un film de sabre japonais, mais au lieu de se concentrer sur l’action ou les intrigues, celui-ci ce concentre sur les rapports humains. Constamment tiraillés entre la raison et le devoir, l’impuissance et le pouvoir les personnages restent profondément humains. A commencer par le héros de l’histoire Ihei, qui doit faire des choix difficiles alors que son lourd passé le hante encore. Et sa femme Tayo tiraillée entre sa condition même d’épouse soumise de samurai et sa volonté de protéger l’homme qu’elle aime.

Cette sobriété dans les rapports des personnages, dans le rythme et dans la mise en scène apporte un charme indéniable au film. Est-ce l »empreinte de l’assistant d’Akira Kurosawa qui a poursuivit le travail de son maitre avec tellement d’humilité que cela transparait à l’écran ?

Le film est donc une ode à l’humanité, c’est une bulle de bonheur qui nous berce dans ce japon du début du 18ème siècle somptueux. On se prend d’affection pour ce ronin et sa femme et cet amour qui les lie.

Pourquoi ce film est un trésor caché ?

– Même si la première demi-heure pourra paraitre longue à certains, elle se justifie une fois que l’on apprend à mieux connaitre le héro..

-C’est un chambara parfait pour ceux qui ne sont pas habitués à ce genre de film. Car déjà il n’y a pas beaucoup d’affrontements et en plus ils sont toujours justifiés et font avancer l’histoire. Les duels n’en sont pas moins superbes et raviront également les fans du genre et d’arts martiaux.

– Les personnages sont touchants et bien interprétés (le couple, le seigneur, etc.) et au fur et à mesure que l’on fait leur connaissance, on commence à voir leurs failles, leurs défauts qui finissent par expliquer certaines attitudes du début.

– L’image est magnifique, les plans sont léchés, la campagne, la lumière, les décors sont somptueux. On se sent vraiment immergé dans cette campagne du Japon féodal.

– Ce film est parfait pour s’initier au cinéma Japonais car il est beaucoup plus accessible que d’autres grands classiques.

– Il est en couleur et même si je vous encourage vivement à voir les chefs d’oeuvres d’Akira Kurosawa, je sais que certains ont du mal avec les films en noir et blanc.

– C’est une ode au calme,  à la vie simple et saine, à l’humanité. On se sent bien longtemps après la fin du film bref un film zen.

où LE TROUVER ?

DVD, Blu-ray :
Le film est actuellement disponible en dvd dans toutes les boutiques.

VOD (Film à la demande):
Je n’ai pas trouvé de VOD.

La bande-annonce :

Caractéristiques :Après la pluie

Informations :
Genre : Aventure, Drame
Réalisé par Koizumi Takashi
Sortie : 3 mai 2000
Durée : 1h32
Production : 1999
Classification : Adolescents, adultes
Distribué par : Opening Distribution
Pays : Japon, France

Casting :
Akira Terao
Yoshiko Miyazaki
Shirô Mifune

 

 

Enregistrer

Enregistrer


Étiquettes : , , , , , ,



bOne

Fondateur de Fiction Pulp, graphiste, illustrateur et écrivain amateur visite les mondes imaginaires depuis 1977 et rêve depuis de moutons électriques, de planètes désertiques et d'elfes sylvains.




Previous Post

BONESCOPE recommande : JUSTINIEN TROUVÉ OU LE BATARD DE DIEU

Next Post

Eli Wallach, Tuco forever...





You might also like



0 Commentaire


tu as une question ou un commentaire ?


pour aller plus loin

BONESCOPE recommande : JUSTINIEN TROUVÉ OU LE BATARD DE DIEU

Voici une œuvre que je porte dans mon cœur depuis fort longtemps ! Ce film d'aventure historique français, qui se déroule...

18/06/2014